Description du projet

Certes, sculpteur – photographe

Toi qui aimes la montagne
Connais-tu le langage des pierres ?
Chuchotements, cris ou appels, je passerais des heures à les écouter.
Parfois, il m’arrive de les apprivoiser. Alors nous devenons inséparables.
Un voyage dans le sac à dos et c’est dans la vallée que le discours continue.
Tu vois avec mes pierres, je ne suis jamais seul.
Et quand je suis parti, elles discutent entre elles. Elles se racontent des histoires.
Des histoires du temps passé. Elles ne cachent pas leur âge, jusqu’à quelques millions d’années.
Elles en ont vu des choses: inlassable travail de l’eau et des vents qui maquillent leur peau, heurt tectonique qui va jusqu’à les faire plier, foudre ou feu qui les indiffèrent, soleil qui les réchauffe, magma qui les expulse.
Elles ont connu la peur, elles ont connu la joie.
Je m’amuse avec elles. Je leur présente des amis de la famille Bois. Ils deviennent complices.
Ainsi danse-t-on sur le roc d’Enfer où Johnny B. Goode s’invite de concert.
Un mandarin blanc médite, il ne faut pas le déranger.
Quelque Bois prédateur ne lâche plus sa pierre: je le laisse faire car je sais que sa vie sera éphémère. La pierre trouvera bien vite sa liberté.
Une vache sacrée se délecte de trolles et d’asters.
Certaines pierres grains-galets sont si petites qu’elles trouvent leur protection contre les vagues auprès de leur grand frère galet.
Gypse bavard s’entretient avec Grès à roseaux timide: des histoires sérieuses de l’Oxfordien.
Une molasse rouge les coupe.
Tout cela n’empêche pas la Cargneule de faire la fête.
Les schistes ardoisiers en sont tout aplatis.
Le fier lapiaz les rassure, il est constamment sur la Brèche…
Si tu leur rends visite, surtout écoute-les. Tu verras qu’elles sont curieuses de tes confidences.